Mécanique d’un homme heureux_more

fermer

texte

Mécanique d’un homme heureux
Couverture de roman
13×19 cm, impression offset en deux tons directs + noir
2017

Le roman colombien Mécanique d’un homme heureux de Dario Jaramillo Agudelo est le premier roman paru dans la collection « Romans situés » des éditions Yovana, collection dont j’ai conçu l’identité des couvertures. Cette collection de romans organise ses ouvrages en fonction de la localité de l’intrigue, et propose de faire voyager le public français à travers des récits situés.
Les couvertures remplissent un double rôle : fonctionnel et intriguant.

Le rôle fonctionnel est incarné par le texte, dont la mise en forme ne varie pas. Ce texte est composé en Akkurat mono, une police mono-chasse faisant référence à la machine à écrire, au télégraphe et donc au document de correspondance. En première de couverture, il donne à lire de manière très classique le titre, le nom de l’auteur, et le nom de la collection. En quatrième de couverture, le résumé est orienté à la verticale, offrant une large colonne pouvant rappeler celle d’une lettre dactylographiée, et libérant sur la moitié du format un espace dédié à localiser l’intrigue à l’aide d’une carte du pays et d’une balise indiquant la ville. Une marque manuscrite sur la liste des continent vient identifier le continent concerné. On retrouve sur le dos de chaque ouvrage (le dos correspond à la partie visible lorsque le livre est rangée dans une bibliothèque) la miniature de la carte du pays, accompagnée de l’abréviation du continent. Ainsi, la localisation de l’intrigue est rapidement identifiable, et la collection propose une manière singulière de choisir un roman.

Les éléments variants des couvertures Romans situés sont la couleur de fond, à définir pour chaque ouvrage, ainsi que l’iconographie. Le rôle « intriguant » ou rôle d’éveil de la curiosité est assuré par l’image en première de couverture, qui prend toujours la forme d’un ou plusieurs documents ou objets plats issus du récit, qui viennent être plaqués maladroitement sur la couverture, souvent de travers, mordant parfois sur le texte, évoquant une page de carnet de voyage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *